Pêche sur glace

5 conseils pour améliorer vos sorties de pêche sur glace

Also available in: Anglais

L’équipe de Wildcats vous partage ses cinq conseils techniques qui vous permettront de rendre vos prochaines sorties de pêche sur glace encore plus performantes et agréables.

 

Conseil #1 — Organisez bien votre équipement

Avant de partir à la pêche sur glace, il est très important de bien ranger et organiser votre équipement dans votre traîneau afin de pouvoir monter votre tente et percer des trous le plus rapidement possible une fois arrivé sur place.

Assurez-vous que votre tarière (ou perceuse) soit fonctionnelle et que vos lames soient bien aiguisées et coupantes. La veille ou quelques jours avant votre expédition, pensez à aiguiser vos lames avec un affûteur dédié à cet effet ou à les remplacer si elles sont trop abîmées. Croyez-nous : sans trou, la pêche sur glace sera beaucoup plus difficile!

Rangez et organisez vos leurres et vos hameçons dans des coffres et assurez-vous que ces derniers soient en bon état et ne soient pas rouillés.

Un sac souple comprenant des coffrets de rangement comme ceux offerts chez SAIL permettent de ranger beaucoup de matériel en plus de faciliter le transport de tout ce dont vous aurez besoin pour pêcher.

Magasinez

 

Placez vos cannes à pêche, moulinets, coffres et accessoires de pêche à l’abri et en toute sécurité dans des sacs de transport ; ceci vous évitera de possibles bris de matériel.

Finalement, la veille de votre sortie de pêche sur glace, vérifiez que les piles de votre sonar et de votre tarière sont bien chargées. Validez également le niveau d’essence de votre tarière si elle est dotée d’un moteur à essence et le niveau de propane dans vos bouteilles qui alimenteront votre chaufferette.

Conseil #2 — Repérez les structures

Être en mesure d’identifier une structure propice à cacher du poisson pour la pêche sur glace est primordial afin d’avoir un minimum de succès. Peu importe le plan d’eau où vous pêchez, ciblez les structures et les meilleurs endroits où les poissons ont tendance à se cacher : les sorties de rivière, les falaises rocheuses, les variations de profondeur, les fosses, les pointes rocheuses… Vos prises n’en seront que plus fructueuses si vous pouvez reconnaitre ces endroits avant de débuter votre pêche.

Le recours à un sonar peut vous aider à cibler ce genre de structures. En revanche, une carte bathymétrique (aussi appelée carte topographique) du plan d’eau où vous pêchez est un outil tout aussi efficace et beaucoup moins dispendieux.

Autrement, l’utilisation d’une application mobile comme Navionics Boating peut vous sauver beaucoup de temps puisqu’elle permet de vous localiser en temps réel sur les cartes marines et bathymétriques du plan d’eau où vous pêchez. En utilisant le mode SonarChart de cette application, vous serez en mesure de voir la profondeur de votre plan d’eau et aussi de cibler quelques bons endroits où effectuer votre pêche.

Selon les fonds marins qui se trouvent sous vos pieds, vous voudrez peut-être ajouter un fil de fluorocarbone de 1,5 m à 3 m (de 5 pi à 10 pi) au bout de votre ligne si vous êtes en eau claire. Évitez aussi de pêcher directement au fond de l’eau, car les poissons ont une meilleure vue en hauteur. Il faut donc pêcher à une distance de 60 cm à 90 cm (de 2 à 3 pi) du fond afin que vos prises puissent mieux voir vos leurres. D’où l’utilité de bien connaître chaque recoin de vos repères de pêche blanche.

Magasinez

Conseil #3 — Faites de la prospection

Nous vous suggérons de faire de la prospection dès l’automne, en sillonnant les plans d’eau en chaloupe ou en bateau, afin de trouver les bons endroits qui sont propices à la capture de poissons. Ceci vous permettra de gagner du temps en vue de l’hiver et de l’ouverture de la saison de pêche blanche.

Étudiez également les habitudes et le mode de vie des poissons que vous pêcherez, car il y a des variations d’une espèce à une autre.

Si vous n’avez pas la chance de faire de la prospection l’automne avec une embarcation, tournez-vous vers le sonar, l’outil par excellence pour gagner du temps, ou partez à la marche ou en motoneige pour explorer les structures du plan d’eau que vous avez préalablement ciblées. Percez des trous ici et là, et analysez chaque endroit avec votre sonar. En revanche, même si le sonar est un appareil qui résiste très bien aux basses températures, tentez de ne pas le surutiliser durant votre prospection afin que vous ayez assez de piles lorsque vous serez prêt à pêcher.

Par ailleurs, évitez de pêcher trop près d’autres groupes de pêcheurs. Les poissons ne sont pas naïfs : ils sauront détecter les cannes à pêche et la présence de gens, donc ils voudront possiblement s’éloigner de ces attroupements.

L’avantage de la prospection? Cet exercice vous permettra assurément de trouver des endroits plus « poissonneux » que d’autres et de faire une bonne prospection même en plein cœur de la saison hivernale. Surtout, notez l’endroit pour y revenir lors de vos prochaines sorties de pêche.

 

Conseil #4 — Analysez les conditions

Parfois vous pouvez avoir le bon leurre, être au bon endroit et utiliser la bonne technique, mais rien ne se passe au bout de votre ligne! Frustrant, n’est-ce pas? Pour vous améliorer et augmenter vos chances de capture, commencer à analyser les conditions météo, la température, la période de la journée où vous avez le plus d’activités, la lune, les marées si vous pêchez sur un plan d’eau qui est affecté par ce phénomène ainsi que chaque petit détail qui peut vous aider à comprendre davantage l’espèce que vous ciblez.

Rédigez un journal de pêche où vous noterez ces précieuses informations ainsi que vos résultats de pêche à chacune de vos sorties. Après un certain temps, relisez votre journal : vous allez certainement être en mesure de faire des constatations et de comprendre quelle condition est la plus productive.

Il est certain que l’endroit et le moment où vous pêchez sur la glace auront une incidence sur vos résultats. De façon générale, le matin est généralement un bon moment pour la capture. En parallèle, si vous pêchez dans le Fjord, dans la région du Saguenay, vous devrez aussi surveiller les marées hautes et basses. Il est conseillé de pêcher sur le montant et le baissant de la marée pour mettre toutes les chances de votre côté.

Éventuellement, vous serez en mesure de planifier vos sorties de pêche sur glace en fonction de ces conditions favorables à la pêche blanche.

 

Conseil #5 — Demeurez sécuritaire

La sécurité est le mot d’ordre de la pêche sur glace. Bien sûr, le but est de s’amuser, mais il faut toujours éviter les accidents en vérifiant l’épaisseur de la glace avant de s’avancer. Assurez-vous de l’épaisseur nécessaire avant de vous déplacer sur la glace en toute sécurité :

  • Au moins 10 cm (4 po) de glace bleue si vous vous déplacez à pied
  • Au moins 12 cm (5 po) de glace bleue si vous vous déplacez en VTT ou en motoneige
  • De 20 à 30 cm (de 8 à 12 po) de glace bleue si vous vous déplacez en voiture légère
  • De 30 à 38 cm (de 12 à 15 po) de glace bleue si vous vous déplacez en véhicule lourd

Ne vous aventurez jamais si la glace possède moins de 7 cm (3 po) d’épaisseur et ne commencez pas votre saison trop tôt et ne la terminez pas trop tard ; aucun risque n’est à prendre lorsque la glace est fragile par endroit.

Ayez toujours une corde dans votre sac. Elle peut être utile dans une multitude de situations comme la réparation d’équipement ou pour la sauvegarde d’une personne qui serait tombée à l’eau à cause d’un affaissement de la glace.

Également, apportez toujours des vêtements de rechange ; ceci pourrait sauver votre vie et vous réchauffer si jamais la température devient extrêmement froide. Si vous êtes le genre de personne qui adore explorer et toujours aller plus loin, ayez en votre possession une boussole ou bien un GPS afin de vous retrouver.

Astuces en rafale

  1. Ne manquez aucune touche : attachez une clochette au bout de votre canne à pêche lorsqu’elle est placée dans un support. Utilisez aussi des brimbales munies d’un couvercle afin que l’eau dans le trou ne gèle pas et que le fil ne reste pas coincé dans la glace.
  2. Ne gardez jamais votre leurre inactif trop longtemps. Agitez-le le plus souvent possible en le faisant dandiner doucement question de taquiner les poissons. Soyez patient et ne ferrez pas trop rapidement.
  3. Vous pourriez aussi tirer parti d’un leurre ultraviolet qui réfléchit la lumière. Éclairez-le à l’aide d’une lampe de poche à rayonnement ultraviolet afin d’attirer encore plus les poissons.
  4. Pensez aussi à rajouter des attractants (des odeurs en gel ou en vaporisateur) sur vos leurres afin de déjouer les poissons.

En somme, nous espérons que nos conseils porteront leurs fruits et que vous aurez beaucoup de succès lors de vos aventures de pêche sur glace cet hiver. Sortez en nature et explorez, il n’y a aucune raison de rester dans votre salon cet hiver!

 

Écrit par Jérôme Charest et David Tremblay, de Wildcats
Le collectif Wildcats réunit des passionnés de pêche, amis avant tout. Ayant une soif de découverte sans bornes et un fort désir de partager leur expertise et leur élan pour ce sport poussé, Jérôme Charest et David Tremblay sillonnent lacs et rivières afin de nous offrir des prises de vue saisissantes des meilleurs endroits où lancer une ligne à l’eau.

Also available in: Anglais