SAIL Blogue

La cuisine en camping façon écolo

SAIL

26 juillet 2022

Partagez

Facebook Courriel

Partir en camping, c’est déjà de la logistique, alors ajouter la préservation de l’environnement à l’équation peut sembler un grand défi. Une bonne manière de démarrer en ayant un impact concret, c’est de repenser à votre façon de cuisiner en camping! Voici donc quelques astuces écologiques à adopter à votre rythme, une fin de semaine à la fois.

Cet article a été produit en collaboration avec le Jour de la Terre 

Logo Jour De La Terre

Dans cet article, vous découvrirez comment :

Équipement de cuisine en camping

Miser sur un équipement de cuisine de camping durable

Commencez par regarder ce que vous avez dans vos placards ou sondez votre entourage pour emprunter de l’équipement de cuisine de camping si vous ne partez qu’occasionnellement. Parmi les indispensables : de la vaisselle réutilisable, des chaudrons portatifs, quelques couteaux qui coupent bien et, selon l’expédition, un réchaud, une bonne glacière et un barbecue électrique. Si l’heure est venue de vous équiper, pensez durabilité en achetant des articles de cuisine de qualité qui auront une longue durée de vie. Cela demande un effort au départ, mais votre portefeuille et la planète vous remercieront quand votre matériel célébrera plus de dix ans d’utilisation.

Enfin, choisissez des marques d’ici qui inscrivent l’écoresponsabilité dans leurs valeurs et leur processus de fabrication.

Bien manger sans nuire à la planète

La question qui se pose ensuite : quoi mettre dans votre glacière? La réponse écologique : de bons produits (végétariens ou végétaliens) d’ici en quantités adaptées à vos besoins et aux appétits de chacun, et contenant le moins d’emballage possible.

Partir pour la fin de semaine, c’est l’occasion de favoriser l’achat local en encourageant les marchés et les commerces qui jalonnent votre route. Les bienfaits pour l’environnement parlent d’eux-mêmes : les aliments produits à proximité produisent moins d’émissions de gaz à effet de serre. En Amérique du Nord, les aliments parcourent une moyenne de 2000 à 2500 km avant d’arriver sur les étals, donc la réduction du transport fait une immense différence. C’est aussi une belle manière de soutenir des modes de production respectueux de l’environnement qui favorisent la biodiversité du territoire. Les autres avantages sont pour vous : vous profitez de produits locaux frais ayant un goût à la hauteur d’un savoir-faire perpétué!

Autre point à garder en tête, le gaspillage alimentaire et le suremballage s’invitent souvent pour la cuisine en camping. Pour y remédier, commencez par planifier vos repas ; cela vous aidera à acheter juste ce qu’il vous faut et à voir qu’un chili « touski (tout ce qui reste) » concocté avec vos restes fera l’affaire vers la fin du séjour. Réservez aussi une belle place aux fruits et aux légumes de saison, et profitez-en pour vous initier à l’achat en vrac de céréales, de noix et de fruits séchés (souvent moins chers à l’achat que ceux qui sont emballés). Côté en-cas, préparer des en-cas zéro déchet demande moins de temps et de créativité qu’il n’y paraît : cela peut consister en quelques quartiers de fruit et une poignée de noix placés dans un contenant réutilisable ou des pois chiches qui grillent au four avec de l’huile et des épices, le temps de préparer vos effets pour la fin de semaine.

Cuisine en camping : adopter trois habitudes pour réduire votre impact

1) Réduire votre consommation de propane

Les petites cartouches de gaz sont très pratiques, mais elles ne sont pas réutilisables et sont très difficiles à recycler. Si vous souhaitez que votre équipement reste léger, essayez un réchaud à alcool ou un réchaud compatible avec du carburant liquide rechargeable comme BioLite. Pour le camping avec un véhicule, optez pour des équipements solaires, électriques ou, à défaut, de grandes bonbonnes de gaz rechargeables. Dans tous les cas, minimisez votre consommation en mangeant un repas froid de temps en temps.

2) Conserver et réutiliser l’eau

À la maison, un repas demande généralement une bonne quantité d’eau pour la cuisson et la vaisselle. En camping, la ressource est souvent moins accessible et vos eaux usées ont un impact très concret sur la nature environnante. Vous avez donc tout intérêt à conserver l’eau et la réutiliser plusieurs fois. Pensez à cela comme un jeu en circuit fermé : ce que vous ne buvez pas, vous l’utilisez pour la cuisine en camping, puis éventuellement pour faire votre vaisselle. Selon votre situation, un bac portatif, un bouchon d’évier ou une casserole propre seront vos alliés pour rincer vos légumes et vos plats dans la même eau précieuse.

3) Faire des feux de camp une occasion spéciale

Les feux de camp ont un gros impact sur la faune et la flore, en plus des rejets de CO2 et du risque croissant de feux de forêt. Essayez donc de ne pas allumer un feu chaque soir et d’en faire plutôt une occasion spéciale afin de déguster des guimauves ou du poisson grillé. Par ailleurs, achetez dans la mesure du possible votre bois sur place (question de ne pas importer de parasites et prenez le soin de laisser le bois des environs sur place en guise de refuge et de garde-manger à la faune), surveillez votre feu et n’oubliez pas de l’éteindre avec de l’eau si le bois n’a pas été entièrement réduit en cendres.

Bien disposer de vos déchets et de vos eaux usées

Vous recyclez chez vous, mais une fois en nature, vos bonnes habitudes partent en fumée (dans les feux de camp justement!). Si votre terrain de camping est doté de bacs pour les différentes matières, profitez-en pour trier vos déchets adéquatement. Sinon, veillez à apporter des sacs ou des contenants pour gérer vos déchets comme il se doit à votre retour à la maison. Gardez vos restes organiques dans un sac de compost au frais dans votre glacière afin d’éviter les odeurs et les mésaventures. Rappel : les piles, les bonbonnes de carburant à réchaud, les cendres de barbecue, et tutti quanti doivent être déposées dans des bacs sécuritaires prévus à cette fin. Si vous allumez un feu, résistez à la tentation de brûler des déchets puisqu’ils émettent des substances toxiques dans l’air, des toxines dont la nature et vous pouvez vous passer.

Côté eaux usées, au-delà de réutiliser votre eau au maximum afin de les limiter, assurez-vous d’utiliser du savon à vaisselle biodégradable et en petite quantité. Si vous êtes en pleine nature, privilégiez le rinçage de votre vaisselle à l’eau claire et veillez à disperser vos eaux usées sur un sol sec à 60 mètres (ou environ 70 pas d’adulte) des sources d’eau (ou du site de camping, spécialement s’il y a des ours dans les environs) pour éviter de nuire à l’écosystème environnant.

Partagez

Facebook Courriel

Vous aimerez aussi