Observer les animaux sauvages

Mode d’emploi pour observer les animaux sauvages avec respect et en toute sécurité

Also available in: Anglais

Nul besoin d’aller très loin pour observer la faune dans toute sa splendeur. La prochaine fois que vous allez en nature, mettez les chances de votre côté et suivez ces quelques trucs pour faire des rencontres étonnantes sans perturber les animaux sauvages dans leur habitat naturel.

Mode d’emploi pour observer les animaux sauvages

Peu importe la bête que vous espérez voir, il est important de suivre certains principes de base pour observer les animaux sauvages et avoir du succès dans vos recherches.

  1. Gardez le silence
  2. Évitez de dégager des odeurs
  3. Respectez leur habitat naturel et gardez vos distances
  4. Équipez-vous convenablement
  5. Faites preuve de patience
  6. Prenez des notes

Pensez aussi à vous informer à propos de l’espèce animale que vous voulez observer en consultant des ouvrages ou des guides en ligne sur le sujet et faites vos recherches quant aux lieux d’observation que vous comptez visiter.

Au Québec, les abords du fleuve Saint-Laurent, les différents parcs provinciaux nationaux et ZEC (zones d’exploitation contrôlée) sont tout autant de lieux publics pour observer les animaux sauvages.

Il en est de même en Ontario et ailleurs au Canada où de nombreux endroits sont accessibles et permettent d’observer la faune paisiblement.

1. Gardez le silence

Quiconque pratique l’observation de la faune a sans doute déjà été touché par la sérénité qui se dégage des animaux sauvages libres d’errer comme bon leur semble dans leur habitat naturel. Pour que la rencontre soit possible, il importe donc d’atteindre ce même état de calme et de silence, de sorte à vous fondre dans l’environnement qui vous entoure et à ne pas apeurer les différentes espèces qui gravitent autour de vous. Ne criez pas après les bêtes sauf en cas de danger et chuchotez seulement si cela est nécessaire.

2. Évitez de dégager des odeurs chimiques

Souvent dotés d’un odorat hautement sophistiqué, les bêtes vous sentent avant que vous ne les voyiez. Et ce, surtout si vous transportez sur vous des odeurs de savon à lessive, de shampoing fruité ou de parfum à la vanille. Pour éloigner les moustiques et les insectes piqueurs et passer davantage inaperçu, privilégiez l’utilisation de produits cosmétiques et déodorants faits d’ingrédients naturels et sans odeur avant votre sortie.

3. Respectez leur habitat naturel et gardez vos distances

Que ce soit la pousse de fougère fraîchement sortie de terre au printemps, le nid de fourmis ou le terrier d’un lièvre, veillez le plus souvent possible à rester à l’intérieur des sentiers pour ne rien piétiner et assurer l’équilibre du fragile écosystème auquel vous rendez visite. Veillez à garder une distance d’au moins quelques mètres avec l’animal observé afin de ne pas l’habituer à la présence humaine et regardez où vous posez les pieds. Surtout, ne nourrissez pas les bêtes afin de ne pas créer chez elles une dépendance qui pourrait nuire à leur système digestif, leur alimentation et leur approvisionnement en nourriture habituel.

4. Équipez-vous convenablement

Pour minimiser les chances de vous faire voir et d’effrayer les animaux sauvages que vous souhaitez observer, misez sur le bon équipement : des vêtements de camouflage qui ne font pas de bruit, des jumelles discrètes, des appeaux selon l’espèce recherchée, une boussole ou un géonavigateur qui vous aideront à vous orienter et un cahier de notes pour inscrire vos observations. Pensez également à vous vêtir en fonction de la météo, car vous ne voudriez pas devoir rebrousser chemin si jamais vos pieds sont frigorifiés.

Magasinez – Vêtements de camouflage

Magasinez – Jumelles

Magasinez – Appeaux

Magasinez – Boussoles et géonavigateurs

Castor dans l'eau

5. Faites preuve de patience

Pour une observation de la faune réussie, la patience est la clé. Même si vous connaissez l’endroit parfait pour observer un renard, un orignal, une oie blanche, un cerf de Virginie ou un castor, présentez-vous durant la saison et à l’heure la plus susceptible d’être en votre faveur et attendez. Assoyez-vous, laissez votre regard se perdre dans le lointain et profitez de ce moment méditatif pour apprécier la nature telle qu’elle se dévoile. Vous verrez, l’attente est souvent récompensée!

6. Prenez des notes

Vous voulez être certain d’observer un animal en particulier? Prenez des notes! Dès que vous sortez en nature, prenez l’habitude d’écrire les coordonnés GPS de l’endroit où vous vous trouvez, l’heure de la journée, le temps qu’il fait, la direction du vent et comparez vos résultats. Avec l’aide de guides spécialisés, plusieurs essais-erreurs et beaucoup de persévérance, vous pourrez presque à coup sûr croiser les animaux que vous aimez observer année après année.

 

Astuces à suivre lors de l’observation de certains animaux sauvages

Observer des oiseaux

Si c’est l’observation des bêtes à plumes qui vous intéresse, plusieurs options s’offrent à vous. Visez les randonnées en montagne et les sommets dégarnis de Charlevoix pour avoir la chance de voir planer de plus près les faucons et les autres oiseaux de proie, faufilez-vous aux abords des lacs et des marais du Saguenay pour être surpris par le vol d’un grand héron ou d’un martin-pêcheur, enfoncez-vous dans les forêts de feuillus de la Mauricie pour observer le pic-bois à l’œuvre ou installez-vous sur la grève du fleuve en Gaspésie ou sur la Côte-Nord pour voir plonger l’échasse ou le Fou de Bassan.

Bien que vous pouvez faire l’observation des oiseaux toute l’année, le printemps est le moment de prédilection pour les voir vibrer de leurs amours.

Observer des baleines

Les parcs de l’Ontario et du Québec regorgent de plans d’eau où peuvent être observés une foule d’animaux aquatiques ou riverains, du castor à la truite arc-en-ciel en passant par la loutre, la salamandre et le rat musqué. Pour l’observation des baleines, c’est dans les régions du Saguenay, de la Gaspésie ou de la Côte-Nord qu’il faut aller! Réelle pouponnière des bélugas (ces charismatiques baleines blanches en voie de disparition), le majestueux fjord du Saguenay est le lieu tout indiqué pour rencontrer les mammifères marins et en apprendre davantage sur la recherche qui y est menée pour sa protection. Autour de la ville de Tadoussac, là où le fjord et le fleuve St-Laurent se rencontrent, l’observateur patient pourra aussi recevoir la visite surprise d’un phoque ou d’un rorqual curieux. Mais pour apercevoir des baleines géantes – c’est-à-dire la baleine à bosses ou encore la baleine bleue – il faudra prendre le large plus à l’est et vous laisser guider en bateau par une entreprise professionnelle d’excursions… ou par votre propre instinct! Dans tous les cas, n’oubliez pas vos jumelles et osez laisser tomber l’appareil photo, le moment pourrait être aussi précieux que bref!

Orignal qui marche dans l'eau

Observer des orignaux

Pour observer des mammifères terrestres aussi imposants que l’ours, l’orignal ou le caribou, il faut non seulement s’armer de patience, mais se lever tôt! Principalement actives au lever du soleil, ces bêtes des bois dorment cachées une bonne partie de la journée avant de ressortir quelques heures à la tombée de la nuit. Si vous désirez réellement rencontrer l’une d’entre elles, levez-vous de bonne heure, apprenez à identifier et à suivre les traces fraîches sur le sol et sur les troncs d’arbres, soyez alerte et faites preuve de prudence. Un ensemble de vêtements de type camouflage vous permettra peut-être de vous rapprocher davantage de l’animal sans être vu, mais vous devrez aussi garder en tête de rester à une distance raisonnable pour ne pas le surprendre et lui donner une raison légitime de vous charger.

En terminant, rappelez-vous de ne jamais nourrir les animaux sauvages, ne laissez aucune trace de votre passage (déchets, arbres et plantes déracinés, coquillages déplacés, etc.) et consultez nos articles pour vous aider à vous repérer en forêt et connaître les essentiels de survie à avoir dans votre sac à dos!

Bonne observation!

Also available in: Anglais