SAIL - orientation en forêt

Orientation : les bases pour se repérer en forêt

Bien avant que l’humain ne devienne dépendant de son cellulaire, de sa voiture et de son confort, il possédait un savoir et des compétences si riches qu’il arrivait à s’orienter en toutes circonstances et à survivre avec très peu de ressources. Aujourd’hui, sans nécessairement désirer retourner vivre dans l’incertitude au fond des bois, nous sommes plusieurs à ressentir le besoin de retrouver un peu de cette autonomie et de cette force en s’offrant des séjours de survie ou de randonnée hors-piste en forêt. Si vous faites partie du groupe, voici donc quelques trucs de base à respecter absolument pour éviter de vous perdre et de mettre votre vie (et peut-être même celles d’autres personnes) en danger.

Apprivoiser une carte et la conserver à portée de main

Ne vous fiez jamais uniquement à des gadgets technologiques (GPS, cellulaire et autres) pour guider vos pas! Une carte papier est l’outil numéro un dont vous aurez besoin pour vous orienter en forêt. Et gardez en tête que plusieurs cartes valent mieux qu’une! Entre celle fournie par les gardes-parcs, celle que vous avez trouvée sur Internet et imprimée et celle que vous aura dessinée un ami pour vous aider, toutes les options sont bonnes et vous permettront de les comparer. L’une comportera un détail singulier, l’autre pointera l’inexactitude de ses semblables et l’autre encore inclura la topographie du terrain ou la distance entre les différents refuges d’un sentier.

L’important, c’est d’avoir lu et apprivoisé les cartes que vous apportez avant de vous retrouver en forêt. Ainsi, si une question persiste, vous pourrez trouver la réponse avant le départ et vous procurer une nouvelle carte à jour au besoin.

S’équiper des bons outils

Pour bien vous orienter en forêt, ironiquement, il ne vous suffit pas de vous équiper d’outils d’orientation. Vous devrez aussi, pour y voir clair, avoir avec vous une lampe frontale ou de poche ainsi qu’un nombre suffisant de piles de rechange, des jumelles, une montre, du papier et des crayons, une règle et un outil multifonction de style couteau suisse pour vous dépanner en cas de problème.

Lampes frontales Jumelles Outils multifonctions

Apprendre à lire le ciel

Sachez, avant de partir comment identifier les points cardinaux en vous fiant à la position du soleil et à l’heure de la journée, et notez régulièrement votre position sur la carte durant la marche. Si de jour, il est facile de se rappeler que le soleil se lève à l’est et se couche à l’ouest, un ciel dégagé pourra aussi vous aider à vous orienter la nuit grâce à ses étoiles. Si vous avez envie de faire le test, commencez par l’expérimenter dans un endroit où vous ne risquez pas de vous perdre et aidez-vous d’un livre et d’une carte des étoiles.

Faire usage de la boussole et du GPS avec discernement

Comme pour la carte papier, il est primordial d’apprendre à apprivoiser ses instruments d’orientation avant de partir en périple, sans quoi vous risquez de commettre des erreurs. Pour une randonnée, oubliez les GPS de voiture et les systèmes GPS intégrés aux cellulaires et privilégiez un modèle de marche conçu pour l’usage que vous en ferez. Un bon GPS, en plus de vous indiquer votre route, affichera un marécage ou encore un lac, même au beau milieu d’un territoire sauvage et éloigné. Pour en savoir plus, consultez notre article sur comment choisir le GPS adapté à vos activités.

Utilisez la fonction de votre GPS pour marquer votre lieu de campement, les différents refuges et postes d’accueil ainsi que les endroits où vous vous arrêtez pour déposer votre sac, et n’oubliez pas d’apporter des piles de rechange.

Le problème, avec la technologie, c’est qu’elle n’est jamais à l’abri des bogues. Sachez donc vous servir d’une boussole (que vous tiendrez loin de vos objets aimantés ou en métal) et faites preuve de discernement lorsque ce que votre machine vous indique vous surprend ou vous fait douter.

Systèmes de navigation GPS Boussoles

Observer minutieusement le paysage

Celui qui a un bon sens de l’orientation est, dans bien des cas, un fin observateur. Habituez-vous à prendre des notes mentales ou écrites de ce que captent vos sens : changement de température, force du vent, humidité importante ou air sec, type de végétation, présence d’animaux, de cours d’eau, de sable, de lichen, de marais… Apprenez à déchiffrer ces différents indices pour en connaître davantage sur votre position, en sachant, par exemple, qu’il y aura plus de neige sur le versant nord d’une montagne que sur le versant sud qui profite d’une grande exposition au soleil, et mémorisez l’ensemble de ces détails au cas où vous seriez désorienté.

Éviter de prendre des risques inutiles en fôret

Peu importe la façon dont vous vous débrouillez pour vous repérer en forêt, prenez garde de ne jamais prendre de risques inutiles. Le seul fait de partir en voyage, et encore plus en autonomie, comporte ses risques, mais sortir de sa zone de confort ne veut pas dire mettre l’escouade de recherche à ses trousses.

Afin de ne pas vous retrouver gelé et seul au milieu des arbres, par une nuit sans lune, anticipez constamment la suite de votre aventure. Le soleil descend? Calculez combien de kilomètres il vous reste à parcourir avant d’atteindre un endroit décent pour vous reposer et prenez le chemin le plus rapide pour y parvenir. Et ce, même si vous n’avez pas terminé de faire ou de voir ce que vous aviez prévu. Vous n’avez pas envie de retourner sur vos pas, mais vous ne connaissez pas d’autre chemin pour le retour? Évitez les raccourcis. Ils vous mèneront trop souvent à une falaise infranchissable ou à une végétation trop dense pour être traversée. Votre réserve d’eau commence à baisser? Repérez vite un cours d’eau où vous pourrez plonger votre filtre et dirigez-vous-y sans tarder. C’est bien simple, anticiper vous donnera le temps de trouver une solution avant que le problème ne s’impose.

Bonne découverte!