SAIL Blogue

Embarcations nautiques non motorisées : ce qu’il faut savoir pour naviguer sans nuire à la nature

SAIL

2 août 2022

Partagez

Facebook Courriel

Alors que les températures continuent de grimper, les sports nautiques s’imposent comme des activités de choix lors des fins de semaine et des jours de vacances. Que votre expédition soit improvisée ou bien organisée, naviguer en respectant la planète ne s’invente pas. Bonne nouvelle : c’est à votre portée, notamment en privilégiant les embarcations nautiques non motorisées et en adoptant de bonnes pratiques.

Cet article a été produit en collaboration avec le Jour de la Terre 

Logo Jour de La Terre

Dans cet article, vous découvrirez comment :

Magasinez – Équipement Nautique

Adopter le nautisme écologique

Le nautisme écologique, vous connaissez? Il entend révolutionner la pratique des sports aquatiques en s’appuyant sur un équipement plus léger et sans moteur qui ne génère pas de pollution liée au carburant et à sa combustion. C’est comme un retour aux sources puisque ce sont notamment les embarcations ancestrales des peuples autochtones, comme le canot et le kayak, qui sont aujourd’hui adoptées pour ce type de navigation doux pour la planète.

Contrairement aux engins motorisés bruyants qui perturbent la faune, ces embarcations savent se faire toutes petites et préserver l’équilibre silencieux de nos lacs, fleuves et rivières. Et le vôtre aussi puisque, soyons honnêtes, une sortie s’apprécie mieux sur des fonds de bruits d’oiseaux que sur des sons de moteurs.

Privilégier les embarcations nautiques non motorisées a aussi un avantage insoupçonné : celui de vous donner accès à davantage de zones de navigation, qui sont de plus en plus nombreuses à bannir les moteurs, jugés trop nuisibles aux écosystèmes naturels.

Que vous choisissiez les rames, la voile ou la force de vos pieds, préparez-vous à ralentir et à reconnecter avec la nature.

Embarcations nautiques non motorisées : choisir le bon équipement pour l’environnement

Vous y êtes, c’est le moment de choisir l’embarcation nautique la mieux adaptée à vos besoins parmi la multitude d’options qui s’offrent à vous.

Le kayak, réputé pour sa vitesse et sa grande maniabilité, a été conçu pour se glisser partout de façon silencieuse. Ses caractéristiques en font une embarcation nautique de choix afin de vous rendre invisible en milieu naturel et vous faufiler dans des zones étroites, sans prendre le risque d’endommager la végétation et les fonds aquatiques.

Le canot permet quant à lui de transporter de grandes quantités de matériel et a été pensé pour pouvoir être porté sur de grandes distances. C’est l’embarcation nautique la plus confortable et la mieux adaptée aux longues expéditions, et plusieurs modèles sont fabriqués localement, au Canada, compte tenu de la popularité du kayakisme dans nos contrées.

La planche à pagaie est l’équipement compact par excellence et qui requiert moins d’équilibre que ce que l’on pense. En la choisissant gonflable (voyez les autres avantages en lisant cet article), vous pourrez la traîner partout sans effort. Le pédalo a, quant à lui, l’avantage d’être confortable et facile à manier pour toute la famille, ce qui permet de familiariser toutes les générations aux sports nautiques doux. D’autres embarcations, comme le vélo nautique ou la planche à voile, pourraient aussi vous séduire. Dans tous les cas, privilégiez des marques d’ici et des matériaux naturels pour assurer une meilleure durabilité de votre équipement.

Embarcation nautique non motorisée ou comment naviguer pour la planète en 5 gestes simples

Préparer votre route et vous y tenir

Que votre pratique nautique soit occasionnelle ou fréquente, la préparation est la clé pour vous assurer d’adopter les bons gestes au moment de sauter à l’eau. Vous ne partiriez pas en randonnée sans repérer les sentiers? Il en va de même pour naviguer.

Renseignez-vous sur votre lieu d’accueil pour connaître les horaires autorisés et les zones ouvertes ou fermées aux balades, qui peuvent varier au fil de la saison pour préserver les écosystèmes locaux.

Laver votre embarcation nautique pour réduire la propagation

Vous n’en avez peut-être pas conscience, mais vos embarcations sont le refuge d’organismes de (très) petite taille qui peuvent représenter un réel danger pour les points d’eau que vous aimez tant. En s’accrochant à vos embarcations, ces formes de vie colonisent les milieux naturels que vous visitez, déstabilisant des écosystèmes déjà fragiles.

C’est pour cette raison que le nettoyage est une étape primordiale pour éviter la propagation d’espèces envahissantes. Prenez le réflexe d’inspecter et de laver l’ensemble de votre équipement nautique avant et après chaque mise à l’eau, même si vous ne fréquentez qu’une seule zone de navigation. Si vous êtes en visite, renseignez-vous : certains parcs l’imposent et mettent de l’équipement à disposition à cet effet.

S’équiper pour mieux voguer

Si vous avez déjà navigué, vous savez qu’un coup de vent ou une mauvaise manœuvre peut vous faire perdre l’équilibre en un clin d’œil. Pour cette raison, il est important de vous préparer à cette éventualité, sans que l’intégralité de vos effets personnels ne se déverse dans l’eau.

Le traditionnel sac étanche, ou baril hermétique, ne fait pas que protéger votre équipement : il évite aussi que les milieux soient contaminés par ce dernier. Privilégiez également des contenants réutilisables, plus lourds et moins susceptibles de s’envoler qui, en plus, vous éviteront de produire des déchets. Attachez vos affaires solidement et fermez (toutes) vos poches avant de mettre les voiles.

Éviter la faune pour la protéger

Naviguer, c’est souvent un moment privilégié pour des rencontres fortuites avec la biodiversité du territoire. Sur l’eau comme sur terre, il y a pourtant une règle de base à respecter pour protéger la faune magnifique qui vous entoure : celle de garder vos distances lors de l’observation. Même si la magie de l’instant vous incite à avancer, restez loin des mammifères marins pour ne pas les habituer à s’approcher des bateaux, sources de collisions et de blessures. Gardez le silence lorsque vous longez des zones naturelles et évitez les aires de reproduction pour laisser aux poissons et aux oiseaux le loisir de frayer en toute tranquillité.

Penser à la végétation, même lors de la navigation

Alors que vous savez généralement comment minimiser votre impact sur les animaux, vous ignorez peut-être les dommages faits à la végétation, d’autant plus en milieu aquatique. Identifiez les espaces végétalisés, notamment ceux qui se cachent sous l’eau, et tenez-vous loin pour ne pas perturber leur équilibre. Informez-vous également sur les aires autorisées au débarquement et respectez-les pour ne pas prendre le risque de piétiner des zones sensibles.

Partagez

Facebook Courriel

Vous aimerez aussi