Remportez un voyage en Crète en devenant membre d’Explore+

SAIL Blogue

Comment empêcher votre eau de geler lors d’une randonnée hivernale

SAIL

22 février 2024

Partagez

Facebook Courriel
COMMENT EMPÊCHER VOTRE EAU DE GELER LORS D’UNE RANDONNÉE HIVERNALE

Rester hydraté pendant une randonnée est tout aussi important en hiver que lors d’une chaude journée d’été. C’est toutefois loin d’être aussi simple! Imaginez la scène : vous venez d’arriver au sommet d’un sentier escarpé, vous attrapez votre gourde pour boire une bonne gorgée d’eau rafraîchissante, mais rien ne sort, car le contenu de votre bouteille s’est transformé en glaçon. Ça vous rappelle des souvenirs? Empêcher ses réserves d’eau de geler en randonnée exige une planification minutieuse, surtout s’il s’agit d’une longue randonnée, mais cela demeure tout à fait possible. Que vous partiez en excursion pour quelques heures, ou prévoyiez dormir dans un chalet ou dans une tente en pleine nature, l’expert Éric La Violette de Passionnés de rando vous livre ses meilleures astuces pour que vous ne manquiez jamais d’eau potable en hiver.

Dans cet article, vous découvrirez des conseils pratiques pour une bonne hydratation lors de vos aventures hivernales :

  1. L'importance de rester hydraté en hiver
  2. Le bon type de bouteille d'eau pour la randonnée d'hiver
  3. Courtes randonnées hivernales : les meilleurs trucs pour empêcher son eau de geler
  4. Expéditions en sac à dos : comment faire durer ses réserves d'eau
  5. FAQ

L’hydratation en hiver

Même s’il se peut que vous ne ressentiez pas vraiment la soif lors d’une sortie hivernale, le simple fait de respirer de l’air froid entraîne une perte de liquides. Les risques de déshydratation sont bien réels en hiver, et la situation peut s’envenimer assez vite, causant notamment une sensation de froid, des étourdissements et de la fatigue. Lorsque l’on est bien hydraté, le sang peut circuler efficacement à travers tout le corps, ce qui aide à réguler la température corporelle.

Boire de l’eau glacée n’est toutefois pas idéal, car celle-ci risque de faire baisser la température du corps et de causer des crampes. Alors, faut-il boire ou ne pas boire? Le secret, c’est de veiller à ce que votre eau reste à la bonne température pendant que vous jouez dans la neige!

Bouteilles d’eau et randonnée d’hiver : les pour et les contre de différents systèmes d’hydratation

bouteilles d’eau isothermes

On trouve plusieurs systèmes d’hydratation sur le marché, mais tous ne sont pas adaptés aux activités hivernales. Voici pourquoi.

Les bouteilles d’eau isothermes

Les bouteilles d’eau isothermes, comme celles proposées par les marques Yeti et Thermos, sont efficaces pour empêcher l’eau de geler lors des longues sorties en plein air. En bref, elles gardent les liquides froids au froid et les liquides chauds au chaud grâce à une isolation sous vide à double paroi qui minimise le transfert de chaleur. Un petit bijou d’ingénierie, au service de vos besoins en hydratation! Le seul inconvénient : leur poids élevé. Le poids que représentent deux bouteilles en acier inoxydable n’est pas à négliger, et il peut être un facteur à prendre en compte pour ceux et celles qui souhaitent voyager léger.

Les bouteilles d’eau en plastique avec une housse isotherme

Les gourdes en plastique sont beaucoup plus légères que les bouteilles isothermes, mais elles ne gardent pas l’eau à l’abri du gel pendant bien longtemps. Et qu’en est-il si on les recouvre d’une housse isotherme? C’est déjà mieux. Cela dit, beaucoup de modèles ont une ouverture sur le dessus qui permet de boire facilement, mais n’empêche pas la chaleur de s’échapper. Si vous vous aventurez dehors par temps très froid, optez pour une housse dotée d’une fermeture éclair permettant de couvrir votre bouteille en entier.

En hiver, utilisez une bouteille d’eau à goulot large; si une fine couche de glace se forme sur le dessus de votre eau, vous pourrez aisément la briser avec un couteau.

Les sacs d’hydratation

Pour reprendre les mots d’Éric, « si vous voulez avoir des ennuis pendant votre randonnée, mettez toute votre eau dans un sac d’hydratation ». L’expert précise que « ces sacs sont fantastiques pour faire de la randonnée quand le mercure est en haut de 0 ℃, mais pas en dessous ». Le problème, ce n’est pas la poche remplie d’eau, mais le tube. Il est presque impossible de le vider en entier, et ce qui reste d’humidité finit inévitablement par geler et bloquer le passage de l’eau. L’embout en particulier retient beaucoup l’humidité, et aucun truc n’a fonctionné jusqu’à présent pour notre randonneur chevronné.

Les meilleurs trucs pour empêcher l’eau de geler lors d’une courte randonnée hivernale

Même si les randonnées de quelques heures nécessitent assez peu de préparation, il est important de se tenir prêt à faire face aux urgences. Éric recommande de toujours partir avec deux bouteilles d’eau. D’abord, une bouteille isotherme remplie d’eau chaude, rangée dans votre sac à dos et enveloppée de quelques couches de vêtements de rechange (lisez nos conseils pour savoir comment rester au chaud à l’aide du système multicouche). Tournez-vous vers les marques Yeti et Hydro Flask pour trouver de bons modèles de gourdes isothermes.

Quand viendra le temps de boire dans votre bouteille, l’eau qui s’y trouve devrait avoir atteint une température optimale.

Votre deuxième bouteille d’eau doit être facilement accessible lorsque vous marchez. Choisissez une gourde en plastique à goulot large (une bouteille Nalgene, par exemple) et remplissez-la d’eau tiède ou à température ambiante, puis enveloppez-la complètement dans une housse isotherme. Pour plus de précautions, rangez-la à l’envers; si l’eau commence à geler, la glace se formera ainsi au fond de la bouteille. Gardez également votre eau le plus près possible de votre corps.

Astuce de pro : si vous n’aimez pas le goût de l’eau chaude (ou à température ambiante), essayez d’y ajouter de la saveur.

Gérer vos réserves d’eau pendant les longues expéditions en sac à dos

Gérer vos réserves d’eau pendant les longues expéditions en sac à dos

Bien qu’elles soient extrêmement gratifiantes, les randonnées hivernales de plusieurs jours posent quelques défis logistiques. L’un de ces défis est de veiller à ce que les réserves d’eau qu’on apporte restent accessibles en tout temps.

Faire fondre de la neige

Si vous passez la nuit dans un chalet, vous aurez sans doute accès à un poêle à bois et à un seau en métal qui vous permettront de faire fondre de grandes quantités de neige à la fois, et ainsi de reconstituer facilement vos réserves d’eau pour le lendemain.

Vous allez camper sous une tente? À vos calculatrices! Vous aurez besoin de beaucoup de combustible, car il faut une grande quantité de neige pour produire un petit volume d’eau. Éric suggère de tester le processus avant de partir. Pesez d’abord votre bonbonne de combustible, puis faites fondre de la neige jusqu’à ce que vous obteniez deux litres d’eau. Pesez ensuite votre bonbonne une deuxième fois; vous connaîtrez alors la quantité de combustible dont vous aurez besoin chaque jour pour vous réapprovisionner en eau. Comptez-en un peu plus pour la cuisine et pour avoir une réserve en cas d’urgence, et le tour est joué! Vous pourrez ensuite partir en sachant que vous aurez assez d’eau pour rester bien hydraté.

Autre conseil d’Éric : remplissez si possible votre bouteille d’eau bouillante, puis glissez-la dans votre sac de couchage pour le réchauffer. Le résultat? Un sac de couchage bien douillet qui restera chaud pendant des heures. Jetez un coup d’œil à notre article de blogue pour trouver encore plus d’astuces pour bien vous préparer pour une randonnée d’hiver.

FAQ

Quelle est la quantité d'eau nécessaire pour une randonnée hivernale?

Que faut-il porter lors d’une randonnée d’hiver?

Partagez

Facebook Courriel

Vous aimerez aussi