Jusqu’à 50% de rabais* sur les articles sélectionnés Économisez

SAIL Blogue

Comment bien choisir une couche de base

SAIL

3 mars 2022

Partagez

Facebook Courriel
couche de base mérinos

Tous les experts en plein air vous le diront : le secret pour rester au chaud et au sec lors d’une activité, c’est de porter une bonne couche de base. Mais qu’en est-il? Et comment bien la choisir? Fanny Bellerive, spécialiste de la randonnée chez SAIL, fait la lumière sur le sujet et vous donne ses meilleurs conseils pour bien vous habiller, quelle que soit l’activité.

Dans cet article, vous découvrirez des conseils pour bien choisir votre couche de base, quelles que soient les activités de plein air que vous pratiquez.

  1. Qu’est ce qu’une couche de base?
  2. Trois éléments pour choisir une couche de base
  3. Les différentes matières des couches de base
  4. Les densités de laine de mérinos
  5. L’ajustement d’une couche de base
  6. Le saviez-vous?

Couches de base pour hommeCouches de base pour femme

1. Qu’est ce qu’une couche de base ?

La couche de base, c’est la première épaisseur dans le système multicouche. Il s’agit généralement d’un chandail à manches longues pour le haut du corps et éventuellement de leggings pour le bas du corps. À la couche de base s’ajoute ensuite une couche intermédiaire que vous pourrez ajouter ou retirer en fonction de la température, et une coquille qui vous protégera des intempéries (pluie, neige, vent). Selon Fanny Bellerive, la couche de base est probablement l’élément le plus important du système multicouche. Elle permet de réguler la température du corps et d’évacuer l’humidité lors d’un effort afin d’être toujours au sec, peu importe l’activité.

2. Trois éléments pour choisir une couche de base

Pour bien choisir votre couche de base, il est important de déterminer trois éléments : l’intensité de l’activité que vous allez pratiquer, la température extérieure de la journée et votre degré de transpiration et/ou de sensibilité au froid.

Déterminer l’intensité de l’activité

En hiver, vous ne vous habillez pas de la même manière pour une sortie active en ski de fond que pour un après-midi tranquille de pêche sur glace. Plus une activité est intense, plus elle va vous faire dégager de la chaleur et même de l’humidité. C’est le cas du ski de fond, du ski de haute route, de la course à pied hivernale, du fat bike et, dans une moindre mesure, de la randonnée en raquette et du patin à glace, par exemple. Il faut donc opter pour une couche de base qui évacue très bien la transpiration et qui sèche rapidement.

Au contraire, lorsque l’activité est moins intense ou qu’elle implique des périodes immobiles, comme le ski alpin, la marche ou encore la pêche sur glace, il est primordial de conserver la chaleur au plus près de la peau, le plus longtemps possible.

La couche de base peut également constituer un élément important de votre panoplie de camping et de voyage et cela, quelle que soit la saison, tant que vous ayez besoin de rester au chaud et au sec.

Déterminer la température extérieure

Bien sûr, le facteur météo joue également sur le choix de votre couche de base. Avant de vous habiller pour une activité, il est judicieux de vérifier la température annoncée mais également la température ressentie, le facteur vent et l’indice humidex. Plus les conditions seront polaires (temps froid avec du vent ou de l’humidité par exemple), plus vous voudrez conserver votre chaleur. Vous pourrez alors opter pour une couche de base de style chandail à manches longues et des leggings longs pour protéger vos cuisses du froid. À noter qu’il n’est pas recommandé de superposer plusieurs couches de base. L’humidité aurait alors plus de mal à s’évacuer. Il vaut mieux choisir une matière plus épaisse (consultez le paragraphe sur les densités de la laine de mérinos plus bas dans l’article).

Si la couche de base est souvent associée à l’hiver, elle se révèle pourtant tout aussi indispensable au printemps lorsque les températures extérieures varient énormément. Elle peut alors être portée seule ou accompagnée d’une couche intermédiaire isolante et/ou d’une coquille souple.

Déterminer le degré de frilosité/transpiration

Êtes-vous du genre frileux extrême, à glacer sur place dès que vous restez immobile plus de deux minutes? Ou, au contraire, vous transpirez au moindre effort et votre chandail se retrouve détrempé après une bonne montée? Dans les deux cas, la couche de base est primordiale pour vous aider à gérer vos besoins thermiques (conservation de la chaleur et respirabilité) et vous pourrez ensuite jouer avec les couches supérieures de vêtements pour ajuster la température.

Une fois vos besoins identifiés, il est important de considérer les trois facteurs les plus importants d’une bonne couche de base : les matériaux qui la constituent, sa densité et son ajustement.

3. Les différentes matières des couches de base

La laine de mérinos

Cette fibre naturelle et biodégradable venant tout droit du dos des moutons de la Nouvelle-Zélande fait beaucoup parler d’elle. Parmi les atouts de la laine de mérinos se trouvent ses qualités thermorégulatrices, c’est-à-dire qu’elle vous garde au chaud l’hiver et au frais l’été. Elle présente également des propriétés antimicrobiennes et antiodeurs, qui sont très intéressantes pour des séjours actifs de plusieurs jours comme une randonnée en raquette ou en ski de fond de refuge en refuge. Elle est également très douce, contrairement à d’autres laines qui peuvent irriter la peau. De toutes les matières des couches de base, c’est de loin la plus chaude (en fonction de sa densité) et la plus respirante. Elle est la matière de prédilection des marques Icebreaker et Smartwool.

Les fibres synthétiques

Les fibres synthétiques (polyester, nylon, polypropylène, etc.) sont très bonnes pour évacuer la transpiration et sécher rapidement. Elles peuvent également être moins chères que la laine de mérinos et plus résistantes aux frictions. Il existe différentes technologies, qualités de produit, marques et poids. Elles peuvent être une option pour les sportifs qui transpirent beaucoup.

Les mélanges de laine mérinos et de fibres synthétiques

Certaines couches de base sont désormais constituées d’un mélange des deux fibres précédentes et combinent alors leurs qualités. Un très bon compromis pour ceux qui recherchent la polyvalence.

4. Les densités de laine de mérinos

Si le rôle principal d’une couche de base est avant tout d’évacuer l’humidité du corps, il est important de bien choisir l’épaisseur pour obtenir un bon ratio chaleur/respirabilité. Pour cela, vous pouvez comparer le grammage du tissu par mètre carré, souvent simplifié par un chiffre de 120 (le plus léger) à 320 (le plus chaud). À noter que ceci concerne uniquement les vêtements en laine de mérinos.

Quelques exemples :

  • 150 : idéal pour une activité modérée à intense (comme la randonnée ou le ski de fond) lors d’une journée clémente au printemps.
  • 250 : idéal pour une activité à intensité faible à modérée (comme le ski alpin ou la pêche sur glace) lors d’une journée très froide en hiver.

5. L’ajustement d’une couche de base

Plus votre couche de base sera près de votre peau, mieux elle évacuera l’humidité et la transpiration. Lors d’une activité intense (ski de fond, fat bike, randonnée à ski ou en raquettes), il est donc important de choisir des vêtements à la coupe étroite, voire moulante.

Notez également que les sous-vêtements pour homme et pour femme ont également leur importance. Eux-aussi en contact avec la peau, ils peuvent être plus ou moins respirants et chauds. Plusieurs marques comme Icebreaker et Smartwool proposent des sous-vêtements en laine de mérinos.

6. Le saviez-vous ?

  • Pour le ski alpin, il est recommandé de porter des leggings courts (aussi appelés leggings 3/4) avec de grandes chaussettes comme couche de base pour le bas du corps . Cela évite les points de pression inutiles entre les deux tissus au niveau du mollet, dans la botte, et favorise ainsi une meilleure circulation sanguine.
  • La laine de mérinos peut absorber jusqu’à 30 % de son poids en eau avant de produire une sensation d’humidité contre la peau, ce qui favorise l’évacuation efficace de la transpiration.
  • Naturellement antimicrobienne, la laine de mérinos ne conserve pas les odeurs et n’a donc pas besoin d’être lavée après chaque utilisation. En fait, moins souvent vous laverez vos chaussettes, chandails, couches de base et sous-vêtements en laine mérinos, mieux ils se porteront.

Partagez

Facebook Courriel

Vous aimerez aussi