Remportez un voyage en Crète en devenant membre d’Explore+

SAIL Blogue

Bien choisir sa couche de base pour rester actif quand il fait froid

SAIL

15 décembre 2023

Partagez

Facebook Courriel
couche de base mérinos

Le « secret » pour rester au chaud et au sec lorsque l’on va jouer dehors est simple : avoir une bonne couche de base sur le dos. Reste à savoir à quoi elle sert et surtout, comment bien la choisir. 

Indispensable pour toutes vos aventures extérieures (ski de fond, randonnée, course à pied…), la couche de base doit être adaptée à votre niveau d’effort et aux conditions météorologiques. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, elle n’est pas utile que l’hiver sous un gros chandail et une coquille rigide. Au printemps comme à l’automne, la météo peut aussi être capricieuse et les températures fraîches.  

Si vous cherchez les meilleures couches de base pour passer un hiver actif, nous vous conseillons de vous tourner vers la marque Icebreaker, connue pour ses produits techniques, durables et polyvalents, le plus souvent constitués en laine mérinos. Votre future couche de base préférée n’est pas loin. 

Dans cet article, vous découvrirez comment choisir la couche de base parfaite avec Icebreaker :

  1. Une couche de base, c’est quoi?
  2. Choisir sa couche de base : 3 points clés
  3. Icebreaker et ses densités de laine mérinos
  4. Couches de base : en quelle matière?
  5. Les innovations et technologies d’Icebreaker

Une couche de base, c’est quoi?

Avant de parler de la couche de base, rappelons ce qu’est le système multicouche, qui est la meilleure technique pour préserver et réguler sa température corporelle quand il fait froid.

Le principe est ultrasimple : avant d’aller skier ou de partir en randonnée hivernale, on empile une couche de base, une couche intermédiaire pour l’isolation et une couche extérieure (une coquille ou un manteau) pour se protéger du vent, de la neige… Chaque couche a son rôle. Et l’avantage est qu’il est très facile d’en retirer une pour s’adapter aux conditions météo. C’est là toute l’essence du système multicouche.

La couche de base est peut-être la plus importante. Même avec le meilleur manteau de ski du monde, vous pourrez avoir froid sans une bonne « couche 0 ». Cette dernière prend souvent la forme d’un chandail à manches longues pour le haut du corps, et d’une paire de « leggings » pour le bas du corps. Cette couche collée à la peau permet de réguler la température du corps et d’évacuer votre transpiration, pour vous garder au sec.

Outre son rôle thermique, elle sert donc à transporter l’humidité vers l’extérieur. Évitez quand même d’en superposer deux pour ne pas freiner, justement, cette évacuation. Si la température est vraiment basse, optez plutôt pour une couche de base plus épaisse. Bonne nouvelle : la gamme d’Icebreaker est ultracomplète! La marque offre tout un éventail de couches de base en mérinos pour femme et pour homme. De quoi vous tenir bien au chaud lorsque vous bougez.

Bien choisir la taille et la coupe de sa couche de base

La règle à connaître est assez simple : plus votre couche de base est proche de votre peau, mieux elle évacue l’humidité. Lors d’une activité intense (ski de fond, fat bike, randonnée en raquettes…), préférez des couches à la coupe étroite, voire moulante. Attention quand même : « ajusté » ne veut pas dire que le vêtement doit faire des plis ou trop s’étirer au moindre de vos mouvements.

Si le niveau d’effort est un peu moins soutenu (une randonnée hivernale « tranquille », par exemple), vous pouvez vous permettre une couche un peu plus ample. Notez aussi que les sous-vêtements pour homme et pour femme ont une vraie importance. En contact direct avec la peau, ils sont plus ou moins chauds et respirants. Icebreaker en propose en laine mérinos; tout ce que vous aurez à faire sera de bien les entretenir!

Pour ce qui est de ses couches de base, la marque née en Nouvelle-Zélande offre trois coupes, pour que chacun y trouve son compte :

  • Coupe ajustée, proche du corps,
  • Coupe standard, polyvalente, à porter seule ou dans un système multicouche,
  • Coupe décontractée.

Choisir sa couche de base : 3 points clés

Choisir une couche de base, c’est faire en fonction de trois critères principaux : l’intensité de l’activité, la température extérieure et le niveau d’effort. Votre sensibilité au froid a aussi, bien sûr, un impact. C’est en fonction de tout cela que vous choisirez aussi la coupe et la matière de la couche de base.
Icebreaker, faisant la part belle aux matières naturelles depuis ses débuts, offre principalement des couches de base pour femme ou pour homme en laine mérinos.

L’intensité de l’activité

En hiver, vous ne vous habillez pas de la même manière pour une sortie active en ski de fond que pour un après-midi tranquille de pêche sur glace. Plus l’activité est intense, plus votre corps dégage de la chaleur et de l’humidité. Ski de fond, ski de haute route, course en sentier… sont autant de sports qui déclenchent une belle sudation! Pas d’autre choix ici que d’opter pour une couche de base légère, qui respirera bien et séchera vite.

Si votre programme est moins intense ou s’il implique de longs moments d’immobilité, le but sera surtout de conserver la chaleur corporelle au plus proche de la peau. Mettez la main sur une couche de base Icebreaker un peu plus épaisse.

La couche de base est aussi un bel indispensable de votre panoplie de camping ou de voyage en sac à dos. Peu importe la saison, tant que vous avez besoin de rester au chaud et au sec, n’oubliez pas d’en glisser au moins une dans votre sac!

La température

Le facteur météo impacte bien sûr le choix de votre couche de base. Avant de sortir, vérifiez la température annoncée, mais aussi la température ressentie, ainsi que le facteur vent et l’indice humidex. Plus les conditions s’approchent de températures polaires (temps froid, vent, humidité…), plus il est primordial de conserver votre chaleur corporelle.
Pour être à l’aise, optez pour une couche de base de style chandail à manches longues, associée à des leggings longs qui protégeront vos cuisses du froid. S’il fait vraiment (très) froid, rappelez-vous de ne pas superposer deux couches 0. Prévoyez-en plutôt une plus épaisse.

Si l’on associe souvent la couche de base à l’hiver, elle est tout aussi indispensable au printemps et à l’automne, car les températures extérieures varient beaucoup. Portez la vôtre seule ou accompagnée d’une couche intermédiaire isolante ou d’une coquille souple.

Votre niveau de transpiration et de frilosité

Êtes-vous du genre frileux, à glacer sur place dès que vous restez immobile plus de deux minutes? Transpirez-vous à la moindre montée? Dans un cas comme dans l’autre, la couche de base est primordiale pour gérer vos besoins thermiques (conservation de la chaleur et respirabilité). Jouez avec les couches supérieures de vêtements pour ajuster votre température.

Icebreaker et ses densités de laine mérinos

La meilleure couche de base pour l’hiver (mais pas seulement) est très certainement en laine mérinos. Ce tissu naturel régule à merveille la température corporelle, sèche vite, est confortable, respirant… Naturellement antimicrobienne, la laine de mérinos ne conserve pas les odeurs et n’a donc pas besoin d’être lavée après chaque utilisation. En bref, elle n’a que des qualités ou presque. C’est la raison pour laquelle la marque néo-zélandaise Icebreaker l’utilise autant.
Choisissez votre couche de base en fonction du ratio chaleur/respirabilité dont vous avez besoin pour aller jouer dehors.

Le poids des couches de base Icebreaker

En deux mots, plus le tissu de votre couche de base est épais, plus vous avez chaud (même si la chaleur n’est pas l’objectif numéro un de cette couche collée à la peau). Icebreaker utilise un système de poids très simple. Si le chiffre est bas, le vêtement est léger ou ultraléger. Plus il est élevé, plus le tissu est épais. Cette valeur va de 120 (le plus léger) à 320 (le plus chaud). Chaque mordu de plein air peut donc y trouver son compte, selon l’activité qu’il pratique et la saison!

À 150, par exemple, vous êtes bon pour une activité qui va de modérée à intense (comme la randonnée) lors d’une journée clémente de printemps. À 250, le tissu est plus chaud, ce qui est préférable pour une activité à faible intensité (ou d’intensité modérée) comme la pêche sur glace.

Voici le poids des couches de base Icebreaker, à mettre en parallèle de l’utilisation que vous souhaitez en faire :
● 120+ : Poids plume; pour les temps chauds à très chauds
● 150+ : Ultraléger; pour toutes les saisons
● 200+ : Poids léger; pour les temps frais à modérés
● 240+ : Poids moyen; pour les temps plus froids
● 320+ : Épais; pour le grand froid

Couches de base : en quelle matière?

Une couche de base, pour femme comme pour homme, peut être en laine mérinos, en coton, en fibres synthétiques… Les possibilités sont multiples. Et s’il y a bien une chose à retenir, c’est d’oublier le coton. La couche de base est collée à votre peau et doit évacuer l’humidité, ce que le coton ne fait pas (et il est long à sécher).

La laine de mérinos

Icebreaker est une marque « pro-laine mérinos ». Logique : il s’agit sans doute de la meilleure matière pour une couche de base. Elle est isolante, résiste aux odeurs et à l’humidité. Elle est aussi très confortable et n’irrite pas la peau, et c’est ce que l’on veut quand on part pour une longue randonnée ou une journée sur les pistes damées. Ses propriétés antimicrobiennes en font un allié de choix si vous partez à l’aventure plusieurs jours en ayant peu de vêtements de rechange. Pouvant absorber jusqu’à 30 % de son poids en eau avant de produire une sensation d’humidité, elle présente aussi l’avantage de sécher vite.

Cette fibre naturelle et biodégradable, qui vient tout droit du dos des moutons de la Nouvelle-Zélande, présente des qualités thermorégulatrices (elle vous garde au chaud l’hiver et au frais l’été) qui ne sont plus à prouver. Bien entretenue, elle durera des années!

Les fibres synthétiques

Les fibres synthétiques (polyester, nylon, polypropylène, etc.) sont très bonnes pour évacuer la transpiration, et elles sèchent assez rapidement. Elles s’avèrent aussi moins chères, en général, que la laine mérinos. Il existe bien sûr différentes technologies, qualités de produit et marques. Globalement, il s’agit d’une bonne option si vous cherchez une alternative économique ou si vous avez tendance à transpirer beaucoup dans l’action. Les fibres artificielles restent quand même moins isolantes que les fibres naturelles, et sont peut-être moins confortables une fois mouillées.

Les mélanges de laine mérinos et de fibres synthétiques

Certaines couches de base sont constituées d’un mélange des deux fibres précédentes, afin de combiner en quelque sorte leurs qualités. Il s’agit d’un bon compromis pour les passionnés de plein air en quête de polyvalence.

Les innovations et technologies d’Icebreaker

Depuis ses débuts, Icebreaker met l’accent sur les matières naturelles, et plus particulièrement la laine de mérinos. La marque a aussi développé ses propres technologies et solutions pour vous offrir le plus grand confort quand vous partez explorer dans le froid, sous la pluie ou contre le vent.

Les principales innovations d’Icebreaker

Voici quelques-unes des solutions développées par la marque néo-zélandaise au cours des années :
● BodyFitZone™ : des zones respirantes pour les activités les plus intenses.
● Cool-Lite™ : mélange léger de tissus respirants, conçu pour évacuer la transpiration et l’humidité.
● ZoneKnit™ : présence de zones placées à des points stratégiques pour favoriser la régulation de la température du corps et laisser la peau respirer lors d’une activité intense (ski de fond, course à pied hivernale…). L’excès de chaleur peut s’échapper librement.
● Icebreaker Seamless : construction sans couture qui s’étire et sans friction, avec des zones en tricot pour un bon soutien et une excellente respirabilité.
● RealFleece™ : laine mérinos authentique brossée, naturellement chaude et ultradouce au toucher.

Système multicouche, couche de base, couche intermédiaire… Tout cela n’a désormais plus aucun secret pour vous. À vous les randonnées automnales ou les sorties de course en sentier hivernales, en pleine aisance par rapport à la gestion de votre température corporelle! Choisissez et enfilez la meilleure couche de base pour l’hiver et partez à l’assaut de votre prochain défi!

FAQ

Quelle est la durée de vie d'une couche de base?

Duvet, molleton ou laine mérinos : quel matériau pour sa couche intermédiaire?

Partagez

Facebook Courriel

Vous aimerez aussi